Des mots sans frontières | DMT
143
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-143,bridge-core-2.1.7,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,qode-theme-ver-20.4,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.1,vc_responsive,elementor-default

Des mots sans frontières

Après une première rencontre in situ avec quelques habitants du quartier des aviateurs, nous avons pris conscience du besoin de « dire » et de raconter. Effectivement ce quartier aujourd’hui souffre d’un sentiment de manque de soutien des politiques et d’un manque de moyens. Ce manque de moyen est relatif au recule de l’accès à certains services publics et au manque de prévention (police de proximité, poste, transport, espace culturel…)

Ce quartier vivant, et dynamique dans les années 80 est devenu un « ghetto » comme tant d’autre. Une frontière s’est ainsi créée entre la ville de Lille, le quartier bois blanc et les aviateurs.
Drogue, violence, insécurité, délabrements sont devenus des éléments du quotidien. Les habitants se sentent ainsi stigmatisés à cause de leur habitat.

La Création Narr’Active peut répondre au besoin de dire et de s’exprimer. Nous leur offrons à travers ce projet la possibilité de raconter un quotidien. En rencontrant certains de ces habitants nous avons été frappé par leur réalisme et leur résignation.

 

Ainsi, en redonnant la paroles au habitants, soit par l’écrit, par le jeu ou encore d’autres médias par le biais de la Création Narr’Active, nous leur permettrons d’intervenir et d’agir au moins un instant sur leur quotidien, afin de favoriser un vivre-ensemble de manière plus durable.

 

Le but principal de ce projet est d’entrevoir l’appropriation de ces histoires au travers du regard des publics en question. Nous voulons les rendre auteurs et parti prenante de la constitution d’un patrimoine, d’une culture commune locale, qui reste une culture vivante, contemporaine et tangible, et non une culture cachée et stigmatisée… Ainsi qu’une arme pour un mieux-vivre, et une évolution positive de leurs vie.

Nous cherchons également l’échange entre populations dans le but de provoquer des dialogues, et par la même, une meilleure compréhension de l’autre. C’est pourquoi nous voulons toucher également d’autres populations, comme les rroms du foyer de la rue de Cassel ou les usagers des structures du quartier en dehors des aviateurs, elles aussi pouvant faire face à des problématiques sociale complexes, dans des quartiers défavorisés, vivant dans des logements sociaux, en proie à l’isolement.

En croisant les méthodes d’écriture, puis en les mettant en parallèle, nous visons à provoquer une prise de conscience de l’autre afin de contribuer au mieux vivre-ensemble.

Partenariat

Ce projet est en partenariat avec la ville de Lille

Category
Projets